Une tâche foncée sur la peau ? Peut-on la tatouer ? Sinon, comment la faire disparaître ?

En priorité, éliminons la dermopigmentation d’une tache foncée, car ce n’est pas l’indication.

Le diagnostic

Il faut en premier lieu poser un diagnostic.

  • Tout d’abord : la « tâche » est-elle réellement une hyperpigmentation, taches bruneshyperpigmentation simple ou autre chose (angiome plan, naevus, tatouage par du goudron ou de la poudre, etc.) ?
  • Ensuite, la question à se poser est de connaître l’évolution de la tâche : quand est-elle apparue ? Augmente-t-elle ou régresse-t-elle avec le temps ? En effet, il est important de différencier une pigmentation évolutive ou non, car le diagnostic et donc le traitement seront différents.
  • Enfin, il faut savoir si cette tâche est isolée ou multiple ? Des tâches multiples peuvent être banales (tâches solaires sur les jambes des femmes au delà de 40-50 ans) ou évocatrices d’une maladie plus générale (tâches café au lait de la maladie de Recklinghausen, etc.). Des tâches multiples peuvent varier avec les saisons : il s’agit souvent de champignons (pityriasis versicolor du dos) et le traitement est un médicament antifongique. Les diagnostics sont nombreux et pas toujours aisés.
  • Pour schématiser, distinguons deux types d’hyperpigmentations :
    • L’hyperpigmentation évidente : pigmentation d’une séquelle de brûlure, cicatrices pigmentées, vergetures pigmentées, melasma (ou masque de grossesse ou chloasma) pouvant survenir aussi après traitement hormonal ou prise de pilule ou application de parfums, pigmentations après peeling (phénomène de rebond), tâches solaires (appelées parfois taches de vieillesse, qui peuvent être blanches ou foncées), etc. En principe le diagnostic peut se faire sans intervention du médecin.
    • Dans tous les autres cas, la « tâche » doit être diagnostiquée par un dermatologue, car il faut éliminer avant tout un naevus, un mélanome ou une maladie de système, et faire le diagnostic de simples hyperchromies. De plus, le traitement sera dermatologique.

hyperpigmentation taches brunes

Le traitement

  • Ce qu’il ne faut pas faire : utiliser soi-même des dépigmentants : hydroquinone, corticoïdes, dérivés mercuriels, savons agressifs, eau de javel, eau oxygénée, etc. Tous ces produits sont dangereux et interdits. Lire à ce propos l’article de l’ANSM
  • Ce qu’il faut faire : conseiller d’éviter d’appliquer des produits photo-sensibilisants sur la peau (parfums, cosmétiques bas de gamme) et se protéger du soleil (chapeau, vêtements et crèmes de protection solaire d’indice élevé). Eviter toute agression de la peau pigmentée (ne serait-ce que le frottement d’un vêtement), qui répondrait par une hyperpigmentation secondaire. Conseiller à la cliente de consulter un dermatologue.
  • Le traitement médical : Nous ne traiterons pas ce sujet ici. Il faut savoir que ce traitement n’est pas toujours facile, que les techniques sont multiples : lasers, peelings, crèmes dépigmentantes et dermocorticoïdes légers (utilisés sous contrôle médical), mélatonine et vitamine C, traitement hormonal ou changement de pilule, etc. La récidive est fréquente (phénomène de rebond après un éclaircissement).
  • Et le tatouage dans tout ça ? Si ce n’est pas une indication, il peut parfois être tenté, par des praticiens expérimentés, dans certains cas bien particuliers :
    • sur une hyperchromie simple stabilisée depuis longtemps
    • pour laquelle il n’y a pas de traitement médical ou après échec de celui-ci
    • dans les cas d’un traitement chirurgical proposé plus agressif (cas personnel d’un surtatouage d’un tatouage accidentel par poudre d’arme à feu, dont le seul traitement proposé était une greffe du visage).