Si cette « gomme à cicatrices » peut tout effacer (ou presque), il y a une condition : la perfection du geste. Mais aussi :

  • Toutes les couleurs de l’aréole doivent être disponibles en pigment,
  • La pigmentation doit être rapide et de qualité, sans virage de couleur,
  • Les aiguilles utilisées doivent avoir été conçues pour ce travail : aiguilles plates « magnum » pour un geste rapide, aiguille « slope » pour une utilisation ergonomique, aiguille « shader » pour un travail facile « en nuage » ou en finition,
  • Le dermographe doit être à la fois lent et puissant (couple élevé) pour être efficace sans traumatiser, et s’autoréguler selon la qualité de la peau.

Mais attention, il n’y a pas de miracle, ce n’est qu’une technique à mettre entre des mains expertes pour un résultat optimal.

Il existe des limites, et cette technique ne peut pas corriger :

  • Des aréoles fortement asymétriques,
  • des aréoles trop grandes avec des cicatrices très larges,
  • Ne peut pas donner de volume pour imiter un mamelon, mais une simple impression de volume (aréole 3D), vu de face et une absence de volume vu de profil.

Il faut savoir recourir à la chirurgie dans certains cas, pour :

  • Diminuer la taille de l’aréole et des cicatrices,
  • Corriger une asymétrie trop importante, Créer un mamelon en relief par greffe de lèvre génitale, greffe d’une partie du mamelon controlatéral ou par autoplastie locale.

Cette technique est irremplaçable, à condition d’utiliser des produits d’excellence, entre des mains expertes et de poser la bonne indication, qui est parfois de savoir refuser la pigmentation, pour avoir recours à « cette bonne vieille technique de chirurgie plastique ». Les Laboratoires Biotic Phocea ont développé un cours spécifique sur la dermopigmentation correctrice qui vous apprendra, entre autres, la bonne indication.

Conseils du pro : la forme et la taille des aréoles est souvent limite en taille et en symétrie. La dermopigmentation est presque toujours un compromis esthétique dans la correction des aréoles. Toujours dessiner, patiente debout, au crayon à maquillage de la couleur de l’aréole ou avec du pigment, les futures aréoles programmées.

La patiente doit voir le futur résultat dans un miroir et donner son accord.

Une séance de finition est souvent nécessaire, comme en maquillage permanent.

Correction d’une amputation aréolo-mamelonnaire par une dermopigmentation selon la technique 3D, avec une association de pigments minéraux pour être couvrants et de pigments organiques pour un aspect naturel

Actualités connexes >>