Si vous venez suivre une formation chez BIOTIC Phocea, vous aurez forcément affaire à lui. C’est notre Monsieur Formation, celui qui fera de vous un(e) dermographe hors pair.

Aujourd’hui, il nous raconte son parcours et partage avec nous sa vision de la dermopigmentation.
Régis Sauvan - formateur BIOTIC Phocea

Depuis quand pratiques-tu la dermopigmentation ? Peux-tu nous raconter un peu ton parcours, ta vie professionnelle ?

Je travaille au sein des Laboratoires BIOTIC Phocea depuis 2010.

J’ai commencé en tant qu’ingénieur  responsable de la fabrication et de la recherche et développement concernant les produits de tatouage et les produits cosmétiques. J’ai ainsi acquis une solide expérience concernant la composition des pigments et la colorimétrie.

En 2011, j’ai passé mon Diplôme Universitaire d’Hygiène Hospitalière et j’ai commencé à dispenser les formations en Hygiène et Salubrité, formation indispensable pour qui veut pratiquer le tatouage, le maquillage permanent et le piercing.

Pourquoi as-tu décidé de te lancer dans la dermopigmentation ?

Pendant quelques mois, je dispensais des formations théoriques en Hygiène puis j’ai commencé à me former sur la pratique. J’ai suivi les formations en maquillage permanent et en dermopigmentation médicale sous l’encadrement de Leone Dibello et du Dr Jean-Paul Tiziano. A partir de là, j’effectuais des prestations privées diverses.

Mon expérience grandissait et ce nouveau métier m’attirait de plus en plus. Ainsi, j’ai continué dans cette voie en m’investissant encore plus. J’ai étoffé mes compétences, notamment en trichopigmentation, j’ai suivi des formations en France et à l’étranger et j’ai commencé à dispenser des formations au sein des Laboratoires BIOTIC Phocea.

Aujourd’hui, je réalise les formations en hygiène et salubrité, maquillage permanent, colorimétrie, dermopigmentation médicale et trichopigmentation.

Selon toi, quelles sont les qualités indispensables pour pratiquer ?

Les qualités indispensables pour pratiquer le maquillage permanent sont la patience et la rigueur. Il faut également être méticuleux et à l’écoute de la clientèle. De plus, la maîtrise de notions de bases en colorimétrie me paraît indispensable car le choix de la couleur conditionne une bonne partie de la réussite d’une prestation.

Quelles sont tes techniques favorites ?

En ce moment, je prends beaucoup de plaisir à pratiquer avec l’aiguille 1 pointe nano1 en poil à poil de sourcils et en trichopigmentation. Les résultats sont très naturels. Il faut cependant que la peau de la cliente permette l’utilisation de cette aiguille car elle est très fine et fait rapidement saigner.

Quand on réalise une prestation en maquillage permanent, il faut bien avoir à l’idée que la cliente nous accorde une confiance extrême. Elle nous donne son visage et on a la grande responsabilité de le sublimer. Il m’est arrivé plusieurs fois de constater qu’il s’établit avec la cliente une grande relation de confiance. Ainsi, une personne qui vient nous voir pour une prestation particulière enchaîne souvent avec d’autres prestations car elle est contente de notre travail et de la confiance qu’elle a placée en nous. C’est pourquoi il est très important de ne pas trahir cette confiance en se donnant des limites à ne pas dépasser d’un point de vue esthétique et de ne pas choisir des couleurs trop foncées.

Quelles sont tes perspectives d’avenir, tes souhaits pour le futur ?

Dans un futur proche, j’aimerais davantage mixer la technique de maquillage permanent  traditionnelle – au dermographe – avec la technique manuelle du microblading.

Cela donne des résultats magnifiques. On réalise d’abord un ombrage au dermographe pour ensuite venir dessiner au poil à poil avec le stylo de microblading. Pour moi c’est la technique la plus complète et la plus aboutie en maquillage permanent.