Ce mois-ci, nous partageons avec vous un article paru dans Grazia, qui présente l’initiative intéressante du laboratoire Sol de Janeiro, qui, après avoir fait les constatations suivantes :

  • Le mélanome (cancer) de la peau est de plus en plus fréquent (mode du bronzage et loisirs de plein air),
  • Les chances de survie sont grandes si le diagnostic est effectué à un stade précoce, très faibles à un stade tardif,
  • La plupart des patients non suivis consultent trop tardivement leur médecin,
  • Les personnes tatouées sont de plus en plus nombreuses,
  • Le tatoueur est la personne appelée à voir spontanément la plus grande partie de la peau de leurs clients.

a eu l’idée de faire former les tatoueurs au dépistage du mélanome :

  • De nombreux tatoueurs ont été intéressés par la formation,
  • Plusieurs vies ont déjà été sauvées.

Cette initiative nous a paru assez intéressante pour faire un petit article scientifique sur le dépistage du mélanome par un tatoueur ou dermographe.

C’est une réalité. Au Brésil seulement pour l’instant, mais il y a fort à parier que cette nouvelle initiative médicale se propage ailleurs dans le monde. Explications.

La marque de solaires brésilienne Sol de Janeiro (vendue en France dans les parfumeries Sephora) est à l’origine d’une initiative pour le moins originale : faire former des tatoueurs par des médecins spécialistes du cancer de la peau pour qu’ils puissent dépister celui-ci chez leurs clients. Au Brésil en effet, la culture de la plage est aussi importante que celle du tatouage (et du foot bien sûr), et comme la peau et le soleil ne font pas bon ménage… autant optimiser les chances de ne pas en faire les frais, puisque les manifestations des différents types de cancers de la peau ont été multipliés par 3,3 sur ces 25 dernières années.

Comme le rappelle la vidéo (visible ci-dessous) de promotion de cet événement inédit, le cancer le plus répandu est celui de la peau (plus que de cancers du sein chez la femme et de la prostate chez l’homme réunis). Seulement, on ne pense pas assez ni à se prémunir des UV, ni à aller se faire contrôler chez un dermatologue. Sol de Janeiro a donc eu l’idée de joindre l’utile à l’agréable, en faisant former plusieurs centaines de tattoo artists à reconnaître les grains de beauté pouvant présenter des risques pour la santé (et s’est fait au passage une très bonne pub).

Ainsi, ce sont 450 tatoueurs venus du pays entier qui ont été formés, puis diplômés? par un oncologiste à détecter des mélanomes et autres grains de beauté suspects. Ils peuvent désormais aiguiller leurs clients vers des spécialistes qui sauront quoi faire ensuite. Depuis le tournage de cette vidéo il y a déjà eu plusieurs diagnostics, et potentiellement quelques vies de sauvées (les taux de mortalité des cancers de la peau sont faibles, mais ils existent).

Lire la suite de l’article sur Grazia.fr
En savoir + sur le dépistage du mélanome